Tarifs des péages en 2023 : les augmentations autoroute par autoroute

Autoroute en France
Les vacances approchent à grands pas et avec elles, les départs en voiture pour traverser la France. Cette année, les trajets risquent d’être plus coûteux que l’été précédent. Les péages autoroutiers ont en effet connu une forte augmentation le 1er février, date traditionnelle de mise à jour des tarifs. Selon les chiffres communiqués par l’État, cette hausse est en moyenne de 4,75% par rapport à l’année dernière. Mais est-ce que cette moyenne représente réellement toutes les autoroutes ?

Jusqu’à 10,5% d’augmentation aux péages !

Nous avons analysé les prix pratiqués sur les principales autoroutes françaises. Cette étude a porté sur un total de 3 128 tronçons routiers, en utilisant les données compilées sur internet et en collectant des centaines de tarifs dans les brochures des sociétés concessionnaires.

Il s’avère que toutes les autoroutes ne sont pas soumises aux mêmes tarifs. Par exemple, sur l’autoroute A48 reliant Lyon à Grenoble, le coût a augmenté de 10,5% en un an.

En moyenne, il faut désormais débourser 1,17 euro pour parcourir 10 kilomètres, contre 1,06 euro en 2022.

Cette forte hausse s’explique par les travaux d’aménagement importants réalisés sur l’A480, qui est le prolongement gratuit de l’A48 sur la rocade de Grenoble.

L’autoroute A65, qui relie Langon à Pau, a également connu une hausse bien plus élevée que la moyenne. Le prix pour parcourir 10 kilomètres a bondi de 1,39 à 1,54 euro entre 2022 et 2023, soit une augmentation de 10,4%. Parmi les 100 tronçons autoroutiers les plus chers, 14 des 15 premières places sont occupées par des tronçons de l’A65, inaugurée en 2010.

Dans ce classement des trajets dont le prix a le plus augmenté en un an, l’autoroute A28, ouverte en 2005 entre Alençon et Rouen, est également bien représentée, tout comme l’A63, qui a été réaménagée en autoroute en 2013 dans le département des Landes.

Les raisons de ces hausses de tarifs

Pourquoi ces autoroutes connaissent-elles des augmentations tarifaires bien supérieures à la moyenne nationale ? En réalité, ces autoroutes sont régies par des contrats spéciaux qui permettent des augmentations plus importantes que pour les grandes autoroutes historiques construites au XXe siècle.

La Direction générale des infrastructures, des transports et des mobilités (DGITM), qui contrôle chaque année les révisions tarifaires proposées par les sociétés d’autoroute, explique que cela s’explique principalement par le fait que ces nouvelles autoroutes ont moins de trafic et que les coûts de construction sont plus élevés en raison des exigences environnementales et de sécurité.

Il est important de noter que la hausse moyenne de 4,75% en 2023, communiquée par l’État, est basée uniquement sur les tarifs pratiqués sur le réseau autoroutier ancien qui représente plus de 90% du réseau national. Les augmentations sur les autoroutes récentes, souvent plus importantes, ne sont pas prises en compte dans ce chiffre.

Une baisse de tarif pour le Duplex A86

Toutes les sociétés concessionnaires du réseau récent n’appliquent pas nécessairement les tarifs maximums auxquels elles ont droit. Certaines ont même choisi de baisser certains de leurs tarifs entre 2022 et 2023. C’est le cas du Duplex A86, l’autoroute la plus chère de France. Parcourir ce tunnel de 10 kilomètres entre Vélizy et Rueil-Malmaison en semaine, entre 8 heures et 9 heures du matin, coûte désormais 10,9 euros, contre 11,6 euros en 2022.

Avant les vacances, prenez bien en compte les variations tarifaires sur les autoroutes françaises avant de planifier votre trajet. Certaines autoroutes ont connu des augmentations significatives, tandis que d’autres ont choisi de baisser leurs tarifs sur certains tronçons. Il est donc recommandé de se renseigner sur les tarifs en vigueur avant de prendre la route.

Les augmentations de tarif autoroute par autoroute

Autoroute Evolution sur 1 an Tarif pour 10 km
A11 (Paris-Nantes) +5.8% 1.17€
A9 (Orange-Perpignan) +6.2% 0.97€
A68 (Toulouse – Montastruc-la-Conseillère) +6.2% 1.55€
A404 (Saint-Martin-du-Fresne – Oyonnax) +6.2% 2.43€
A28 (Rouen-Tours) +6.5% 1.49€
A88 (Sées-Falaise) +6.6% 1.98€
A75 (Viaduc de Millau) +6.8% 10.42€
A14 (La Défense-Poissy) +9.9% 4.76€
A65 (Langon-Pau) +10.4% 1.54€
A48 (Bourgoin-Jallieu – Grenoble) +10.5% 1.17€
A41 (Grenoble-Genève) +5.2% 1.52€
A8 (Aix-en-Provence – Menton) +5.4% 1.28€
A7 (Lyon-Marseille) +5.5% 1.06€
A77 (Nemours-Nevers) +5.6% 1.16€
A62 (Bordeaux-Toulouse) +5.6% 0.99€
A20 (Brive-Montauban) +5.6% 1.14€
A83 (Nantes-Niort) +5.8% 1.00€
A64 (Toulouse-Bayonne) +5.8% 0.93€
A63 (Bordeaux-Hendaye) +5.8% 1.18€
A51 (Gap-Marseille) +5.8% 1.17€
A10 (Paris-Bordeaux) +5.1% 1.08€
A39 (Dijon – Bourg-en-Bresse) +5% 0.87€
A61 (Toulouse-Narbonne) +5% 0.99€
A89 (Bordeaux-Lyon) +5% 1.14€
A19 (Artenay-Sens) +4.9% 1.65€
A43 (Lyon-Tunnel du Fréjus) +4.9% 1.36€
A1 (Paris-Lille) +4.8% 0.96€
A36 (Beaune-Mulhouse) +4.8% 0.95€
A42 (Lyon – Pont-d’Ain) +4.8% 1.07€
A49 (Valence-Grenoble) +4.8% 1.32€
A5 (Paris-Langres) +4.8% 0.83€
A13 (Paris-Caen) +4.7% 0.96€
A16 (Paris-Dunkerque) +4.7% 1.00€
A31 (Beaune-Nancy) +4.7% 0.83€
A6 (Paris-Lyon) +4.7% 0.89€
A71 (Orléans-Clermont-Ferrand) +4.7% 0.94€
A4 (Paris-Strasbourg) +4.6% 0.90€
A26 (Calais-Troyes) +4.5% 0.86€
A40 (Mâcon-Tunnel du mont Blanc) +4.5% 1.22€
A85 (Angers-Vierzon) +4.4% 1.01€
A57 (Toulon – Le Cannet-des-Maures) +4.3% 1.85€
A87 (Angers – La-Roche-sur-Yon) +4.3% 1.04€
A355 (Strasbourg) +4% 2.49€
A81 (Le Mans-La Gravelle) +3.7% 1.07€
A29 (Beuzeville – Saint-Quentin) +3.6% 1.00€
A66 (Villefranche-de-Lauragais – Pamiers) +3.2% 0.97€
A150 (Rouen-Yvetot) +2.8% 2.31€
A50 (Marseille-Toulon) +2.7% 1.49€
A54 (Nîmes – Salon-de-Provence) +2.7% 0.70€
A52 (Aix-en-Provence – Aubagne) +2.1% 1.39€
A72 (Saint-Etienne – Nervieux) 0% 0.90€
A2 (Combles-Cambrai) 0% 1.00€
A500 (Tunnel de Monaco) 0% 6.00€
A86 (Rueil-Vélizy) -6% 10.90€

About Sandrine Berlainki

Sandrine Berlainki
Je suis Sandrine Berlainki, rédactrice pour carbudget depuis 2018. Titulaire d'une licence en économie, j'accompagne les personnes en difficulté pour mieux gérer leur budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *